30/12/2005

Sans détour...

Sans détour... Je ne suis pas allé voir Michel et le reste de la troupe ce noel.. J'avais eu le dégoût lors de mon dernier passage en juin... Invasion de poux jugulée à la Miracle Strasse... et des petits restent qui viennent se glisser dans tes poches.... (enfin c'est ce que je m'imaginais alors qu'ont arrivaient sur place, quand tu sais que ça existe et que ça te gratte jusqu'en dedans de ton cerveau).... Marco et sa clique fêteraient l'été avec un peu d'avance dans le jardin derrière la maison ce soir, toutes trompettes dehors.. un petit bout de Pérou dans le cul de Bâle avant *qu'ils* ne rase le quartier.. ce trou.. Un pont tout neuf.. un souterrain en chantier.. et les baraques de la rue *miracle* qui valsaient.. qui respiraient encore un peu.. *ils* arracheraient le bazar très bientôt et il ne servait plus a rien de faire le moindre effort. Enfin c'est ce que le troupeau s'était mis en tète...
Michel et moi ont se balladaient dans le quartier, Pierre et Roland ne devaient pas être bien loin.. QUE FONT-ILS ENTRE DEUX SETS ? ils picolent.. se désaltèrent.. tournée de bistrots donc.. Pas vus.... Ont retournaient vers le home sweet (hum) ÔM quand ont les as croisés, chargés comme des mules. Serrage de pinces en rêgle, accollade de rigueur.. putain les hommes pas rasés se font vieux et leurs coeurs se refroidissent... Pierrot portait des lunettes et un beau chapeau des années 30.. ça lui donnait un air littéraire.. Roland avait une balle de tennis coincée dans la joue.. une sale infection qu'il avait peine a soigner..
Moi : Alors les mecs ? quoi de neuf chez les tarés ?
Pierre : Rien.. pas grand chose.. ah si y a une chanteuse à la piaule en ce moment, une avocate qu'a jeter sa robe.. elle chante vachement bien Dom.. Un peu dans ton style. tu sais.. la pop a deux balles qu'tu maitrises si bien.. qu'fait swinguer les ptites vierges..
Moi : Ouais..
Roland : Je t'assure Dom.. elle est bonne et.. tiens !!! tu devrais la produire !!!!
Michel : Ouais ouais..
Moi : tin les mecs.. 10 heures du mat , z'êtes d'ja bien avancé.. Arrivés a la piaule, ont s'est glissés dans la chambre a Roland, désinfectée celle-ci.. le temps de poser la veste.. d'se rouler un pétard, le Pierrot déboulait avec son avocate de chanteuse de charme.. elle avait un cd en poche et j'ai eu droit a quelques extraits de ce qu'ils avaient bosser les dernières semaines.. sympa.. elle alignait toutes les petites poufs qu'ont voit passer a la téloche sans problème.. jolie voix.. mélodies bien tricotées.. chant guitare contraB caisse claire et.. rien.. minimal.. cté bien foutu, rien a r'dire.. arrangements mis en place vite fait mais ça sonnait good !
Pierre, le temps de trois ou quatre titres, il s'en était mise deux de plus.. de bières..
Pierre : Je te présente Dominique.. Producteur (...) Moi : Ouais Pierre, tu nous as déja présenté, euh.. non je ne produit rien mais t'as du talent jeune fille.. si je peux te donner un conseil ce serait celui-ci : Éloigne toi de ces types... continue tes tours de chants dans les bastringues.. joue dans la rue dès qu'y a un peu de soleil.. fais tourner ton repertoire jusqu'a ce que les murs de Bâle en tremble.. si tu vois rien venir change de ville.. mais surtout ne tourne pas avec ces gars accrochés a tes basques.. des suceurs de roues.. Ils ont du TALENT certes mais tu peux le verifier tous les jours, avant tout ce sont des assoiffés.. je lui ai craché ça parce que j'avais déja pigé qu'elle s'était pété 80% du boulot.. et que ces méssieurs musiciens a part leur talent n'avaient pas grand chose a offrir.. Le talent quand tu déjeunes a la bine il donne pas.. t'es bon pour la sieste a 11 heures... réveil a 13 heures.. re bines.. petit set pour entretenir la foi et re dodo juste derrière.. j'en étais y a quelques années lumières d'ici.. je sais de quoi je parle. voila comment je lui ai parlé a la petite nana.. elle savait déja.. j'ai vu ça dans son regard. je lui souhaitai bonne chance dans sa vie nouvelle alors que je décadenassais ma seconde bière..
J'ai pris l'air.. je passais par la cuisine pour sortir au jardin.... a table 3 types.. Dreadlocks en pagaille.. l'un d'eux secouait ses nanattes et je sais pas si c'était le joint qui me faisait voir des trucs bizz ou si y avait de l'autosuggestion dans l'air mais je pouvais voir des petites étoiles danser.. ou peut-être que c'était des poux tout simplement... des poux qui brillaient et qui sautaient sur le carrelage.. hum... des poux sportifs.. et un peu dopés hein.. ces mecs étaient musiciens.. des gars de la bande a Marco !!!!
Eux : hi'...
Moi : Roland ?!!?!!?!! y a pas de quoi leur faire une boule a ces rigolos là ho ?
Michel s'était occuppé de leur couper le cheveu à Roland et au Pierre quelques jours plus tôt, traitement curatif à base d'huiles essentielles en cours.. mais les gadjos là putain... méritaient qu'ont leur défonce la gueule.. quand tu te respectes plus.. que tu respectes plus les gens autour de toi.. la cuisine est commune et y a pas mal de monde qui passe là du matin au soir.. je te les aurais virés ces enculés.. m'enfin.. c'est pas chez moi et Roland avait beau gueuler rien n'y faisait.. les gars là bouffait des saloperie du genre extasy and so.. ne se préocupaient pas de grand chose du moment qu'ils avaient une petite place dans la cave au soir.. histoire de poser leur cul de sale con et de rêver a des lendemains meilleurs.. j'ai même pas pris le joint qu'l'un d'eux me tendait et je suis passé rapidos.. dehors, dans le jardin, y avait une fille qui chialait.. sa gosse de 14 ans s'était faites piquée avec quelques grammes de shit en poche par la pOUliCe.. j'avais encore envie de mettre une torgnole mais j'ai poussé un peu plus loin... je me suis assis sur un gros caillou un peu a l'écart.. je sirotais ma bière et j'ai fait le vide 5 mn.. Un gars que je ne connaissais pas s'est approché et s'est posé près de moi.. il a engagé la conversation.. il causait en spanish, il avait l'air heureux.. il m'expliquait qu'avec son chien il avait monté un spectacle de rue.. son chien avait pour rôle de faire passer la corbeille.. et lui, son maitre de clown n'avait pour tout attirail qu'une sorte de sifflet zoomorphe. il m'expliqua sa combine qu'était simple et efficace : Tu vois, je cherche un petit groupe qui joue dans la rue et là je m'approche.. mais pas trop près.. je reste a distance respectable et je me met le cleb en place. là dessus je me met a me tortiller et a siffler dans mon *intrument* et je mime Jimi Hendrix !!!! Comme je sais sourire et siffler en même temps et que je m'habille comme un plouc les gens ont un peu pitié de mon pauvre spectacle et donne la pièce ! Souvent je me fait en un quard d'heure ce que les types d'a coté se font dans l'après midi.. Moi : non.. tu déconnes ? t'exagère un peu quoi ? Lui : non je te jure !!! et je le fais bien.. attend je te fais voir. et il me fit une courte demonstration.. effectivement il était hilarant. le clou de son *spectacle* c'était le moment ou Jimi met le feu a sa guitare.. Lui : excelente no? ti rizo mucho no? es feliz mucho no? Moi : yep.. You'r tze ONE !
Le soir venu Marco et sa bande nous gratifièrent d'un bon petit set.. la bière la sangria et le vin coulaient a flot.. tout le monde mettait un petit biffton ou une pièce ou deux dans la boite.. tout allait bien jusqu'a ce que les flics débarquent vers les 23 heures.. ils remuèrent leur popotins de keufs deux minutes et en bons flics suisses qu'ils étaient ils demandèrent poliment que le bazar continue à l'interieur.. une petite dernière pour finir et tout le monde rentra dans la casa milagro.. les joints tournaient de plus en plus vite, maintenant que le stock de bines commençait a s'épuiser doucement tu pouvais voir passer des allumés avec de la réserve en poche.. avec Roland ont avaient prévus le coup et ont avait gardé de l'intouchable au fond de la chambre.. ont étaient parés.
Le Rol.. le pauvre.. il en avait tellement chié la journée avec son abcès qu'il a pas tenu le coup très longtemps. je l'ai retrouvé couché entre la grosse caisse et la caisse clair de sa drum (pas des conneries)-- Marco s'était fait une place pas très loin.. ils roupillaient comme des petits anges tous les 2.. avec Pierre ont prenait une bine de temps en temps.. ont les regardaient ronfler.. sourires complice.. ont a encore discuté jusqu'au petit matin avec un gars qui dansait le Flamenco dans des rades et un autre qui a passé deux bonnes heures a nous expliquer que la veille il s'était découvert homo.. je me suis un peu méfié de ce type mais il a été correct jusqu'au bout et n'a rien tenté.. en dessous, a la cave, des mélodies de vieilles chansons d'un autre temps glissaient gentiment le long des murs, entre deux bières je descendais voir comment que ça se passait.. histoire de me dégourdir les jambes.. ver la revolución en marcha ;-) . on me proposait de l'extasy de l'acide de qualité de la coke et même des champis mais je refusais avec le sourire.. JE N'AI PAS BESOIN DE TON TRUC MA POULE..
ecce omo.. ouais.. Voici l'homme, sois un homme.. les bras en croix ? never..
J'ai ramené Pierre chez lui vers les 5 heures du matin.. je suis monté prendre un peu de repos. j'ai dormi 3 heures puis je me suis cassé.. je ne l'ai pas réveillé.. j'ai pas fait de bruit en partant.. je ne les ai pas revus depuis ce mois de juin de l'année 2005... plus envie.. c'est mort en d'dans et rien ne changera ça.. les hommes debout n'ont plus la fibre...

10:43 Écrit par always the sun | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.