15/12/2004

La danse de Pierrot

La vigne en frîche.

C'était la fin de l'été,
la vigne riait et les coupeurs
n'allaient pas tarder à besogner.
Avec Pierrot ont étaient partis se ballader
dans l'arrière pays, la chasse aux fruits.
Ont avaient déja ramassé les pommes,
les poires, les noix la prune et la mirabelle.
Et le raisin !

Arrivés à la maison, ont avaient empreinté
sur le rouleau de Michel quelques
Mètres de papier kraft..
À l'étage,ont l'avait déroulé.
Les fruits déposés ressemblaient à une nature morte..
Sauf qu'elle était bien vivante,
tous les fruits étaient là, sous le toit.
Ceci fait, Pierre avait récupèré une bassine
dans laquelle ont allait faire le vin.

Moi : Pierre.. c'est bon t'es pieds lavés ?
Lui : ouais c'est bon, tu peux charger..
Je jettai quelques kilos de raisins dans
la vieille bassine et Pierre se mit au travail,
les bas de son pantalon relevés,
il "entra" dans la bassine.
Moi : Tu veux que je te joue un petit air?
(histoire de le voir danser en musique).
Lui : hum.. vas y.. envoie une polka si tu sais faire..
Moi : euh.. un petit blues peut-être.. je me
disais que j'aurais bien aimé le voir virer son pantalon.
Le voir danser en slip le Pierrot, sur un air de BB King
ou de Muddy Waters.. Les eaux boueuses.. sa barbe en bataille
le cul à l'air et le joint collé au bec..
Le Pierrot qui me fait son petit numéro,
la danse du crabe,
le pogo des éléphants,
le bal du père fumeur de gris..

et puis à l'époque je crois qu'il ne baisait pas souvent.
Je prenais des risques...
Je dis ça, moi même, j'ai eu des périodes sêches comme des déserts
sans mirages... Le sex c'est la vie mais desfois la vie te manque
Et tu peux rien faire là.. T'es pas dans le tourbillon...
Les cons, les abricots fendus.. Toutes parties!
Les filles du vent nous avaient roulés!
Restent les tarés pas rasés.. le bateau îvre.. les copains dabord.

Mais revenons en à Pierre. Il dansait bien en définitive.
Il aime ça le vin faut dire. Sacré.
S'il est une chose parmi les choses qui soit sacrée
ce ne peut être QUE le vin.
Même les curés de campagne savent ça,
Quand tu vois un enfant de coeur bourré,
tu sais que le curé avait le dos tourné tout à l'heure..
Ces enfoirés..S'il est un thème sur lequel je pourrais m'entendre
et finir daccord et appaisé avec les gars curetons, ce serait
bien sure qu'ont aurait parlé du vignoble.. de ses petits trésors
le vatican et le vin font bon ménage, c'est pas des capotes.. hein..
Pendant ce temps là disais-je le Pierrot, il faisait son Fred Astaire.
Le raisin et la grappe écrasés sous ses pieds.. Il me dit que
ce n'est pas désagréable du tout comme sensation.
"Écraser de ses pieds ce fruit qui est l'aurore de la vie du vin",
sentir la grappe et le pépin
cêder et craqueller en une douce musique..
Une danse enîvrante, déja..

Je n'ai pas pris la guitare cet après midi là,
C'est le raisin qui sifflotait.
Ont a filtré dans une toile
une douzaine de litres de ce liquide.
Nous nous retrouvions avec du jus de raisin,
et le soir venu nous nous étions fait un devoir de goûter
le précieux liquide. Comme des gosses qu'avait visité
un temple sacré ont se congratulait maintenant.
"putain tu peux déja sentir le goût de la terre..."
Pierre qui n'est pas très en copinage avec les vins blancs
me dit que bon sang ce breuvage a bien le goût de la terre d'ici.
Ont a ri beaucoup ce soir là. Ont mangeais des noix, j'avais
concocté des chapatis beignets avec quelques fruits pris au dessus.
Ont sirotait ce jus de raisin comme on boit du p'tit lait.
Les pétards tournaient comme des papillons couleur d'étoile..
Toutes les fenêtres de la maison étaient grandes ouvertes et cette nuit
ne s'est jamais terminée.. Elle est encore là dans ma mémoire. vivante,
chaude, avec à manger et à boire, des rêves de putains et des hommes à flinguer,
les heures invisibles défilaient et les mots avaient enfilés des gants de boxes,
Les jours de victoire sont des jours de bonheur et l'homme
est délivré de la fange assassine.. se lève et crie sa rage et son espoir,
là où les êtres se courbent et
s'éteignent.. il ne veut pas aller,
le dit! Haut et fort.
Ont a peut-être chanté ce soir là..aussi.

Quelques jours plus tard Robert, Michel et peut-être quelques autres
étaient là et ont avaient constaté que le dit breuvage
était monté en "température".. C'était un petit vin jeune.. nouveau,
un petit gars encore frêle mais qui valait bien une biére à 5,5 degrés.
Il s'appelait Pinot.
Ont l'a fêté.

20:04 Écrit par always the sun | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bonjour enchanté

Écrit par : guy | 15/02/2005

Les commentaires sont fermés.